Charente-Maritime : célébrités

Quelles que soient leurs idées, voici des hommes et des femmes, artistes, comédiens, musiciens, écrivains et saltimbanques dont les racines sont en Charente-Maritime ou bien qui ont choisi d'y vivre.




Bruno Guillon

Bruno Guillon
Animateur radio & télé


Né en 1975 à Saint-Jean-d'Angély, il a animé successivement plusieurs stations de radio, NRJ, Virgin Radio, Fun Radio et RTL depuis 2014. Il a également participé à de nombreuses émissions de télévison aux côtés de Jean-Pierre Foucault et a fait beaucoup d'émissions de parodie avec Manu Payet.

Victor Barriquand
Skipper

Installé depuis cinq ans à La Rochelle, Victor Barriquand est passianné par la mer et la voile. Il travaille à la conception de voiliers de croisière, et passe le plus clair de son temps sur l’eau. La Mini Transat 6.50 est de retour à La Rochelle le 1er octobre 2017 et Victor sera le skipper sur le voilier 866 "Coco".

J.ben

J.ben
Artiste de beach art


De son vrai nom Jehan-Benjamin Tarain, cet artiste charentais d'origine royannaise, pratique "l'effet mer" et réalise des projets beach art ou sand art à grande échelle. Il exerce ses talents dans l'estuaire de la Gironde et sur les plages de Meschers jusqu'à la Côte Sauvage. On peut également retrouver ses oeuvres sur les plages de Bretagne ou le Pays de Galles. Il vient de créer avec son ami Nicolas Payrola un nouveau site internet où vous pouvez faire réaliser des cadeaux personnalisés uniques et originaux. Ils se proposent de dessiner vos messages sur le sable, d'en faire une belle photo et d'imprimer celle-ci sur le support de votre choix. Qui plus est, en commandant sur You Sand It, vous participez à la protection des océans et du littoral car 10% de leurs bénéfices sont reversés à l'association internationale Surfrider Foundation.

Benjamin Ribot

Benjamin Ribot

Auteur-compositeur-interprète


Originaire de Saintes, cet autodidacte est violoniste du groupe les Crogs et vient de créer son propre spectacle de chansons d'humour qui s'intitule "Enfin seul !" Il se produit également en première partie des "Contes libertins de Jean de La Fontaine et chansons libertines", avec son père Rémy Ribot, muscien et Pierre Dumousseau, conteur. 
Bilout

Philippe Couteau dit Bilout

Humoriste, comédien, dessinateur de BD


Originaire d'Oléron, ce saltimbanque n'hésite pas à prendre le costume de Vauban pour raconter différemment les grands sites de l'Ile d'Oléron. Il endosse également celui de Napoléon sur l'île d'Aix. Il est également auteur de BD.

Bilout

Samuel Boulesteix

Sculpteur inspiré par le monde de la BD


Originaire de St-Georges-de-Didonne, il a installé son atelier à Saujon où il donne vie aux héros de BD : Gaston Lagaffe, Spirou, Lucky Luke et bien d'autres. On peut visiter son atelier gratuitement et sur demande en passant par son site internet ou par téléphone au 06 11 22 54 39.
Crédit photo : Sud-Ouest

Thomas Cambois

Thomas Cambois

Peintre copiste


Ce peintre vient de s'installer à Royan où il donne des cours. Il est l'un des 70 copistes accrédités du Louvre où il a exercé pendant plusieurs années, en reproduisant les plus grandes toiles de maîtres. Il exerce aussi ses talents dans la restauration de tableaux et les décors de cinéma.

Stéphane Souchon

Stéphane Souchon

Photographe, producteur d'artistes et éditeur


Photographe depuis 30 ans et installé à Royan, son registre s'inscrit dans celui des guides régionaux et celui des beaux livres sur les paysages et les traditions du terroir.

Piqthiu

Piqthiu

Animateur radio et chroniqueur culinaire


Né à Gémozac, ce personnage haut en couleurs est sur les ondes de France Bleu La Rochelle tous les matins. Piqthiu, ça vient de pick-up (tourne-disque en patois) pour rappeler ses débuts comme DJ au Club Med. Il monte sa boîte de son et éclairage en animant toutes les fêtes charentaises. De la musique, il passe aux fourneaux tout en pratiquant le patois charentais. Il part sur les routes à bord de son food truck qu'il surnomme "véhicule de survie pour civilisation en détresse alimentaire", et explique sa cuisine au chaudron. Après avoir testé les bienfaits des grillades, il nous fait découvrir sa cuisine à la plancha avec sa dernière invention, "la planchanette" : une voiture sans permis super équipée de trois planchas, voilà de quoi satisfaire nos papilles !

Trousse Chemise

Pierre Dumousseau

Auteur, conteur, comédien et metteur en scène


Né à en 1941, il devient professeur d'anglais au Québec, dans les Deux-Sèvres, enfin à Cozes. Il est l'un des animateurs favoris de la région charentaise, tant au théâtre qu'à dire les contes dont il est l'auteur. Metteur en scène et interprète de divers spectacles, il est devenu l'un des conteurs charentais les plus demandés depuis la parution de deux recueils, À Pas contés (Croît vif, 1993) et Contes à rebours (Croît vif, 1996), qui, mélangeant humour et idéal, recréent le substrat légendaire de la région de Royan pour le premier et de la Haute-Saintonge pour le second. Un troisième recueil, Au Bout du conte (Croît vif, 2003, prix Royan-Atlantique 2005), oriente sa création vers une sorte d'humour philosophique. Cette veine du conte quasi voltairien évolue ensuite vers un retour à la bonne franquette villageoise avec Avant qu'o se perde, une chronique savoureuse des années 1950 dans un village saintongeais (Croît vif, 2005). Il est par ailleurs le créateur (1999) et l'animateur des Nuits buissonnières d'Arbrecourt (à Sablonceaux où il réside), une sorte de festival de conteurs disant leurs textes dans la forêt, en pleine nuit. Il se voit primé en 2002 par l'Académie de Saintonge pour l'ensemble de son oeuvre écrite et y est élu en 2006.

Ronnie Caryl

Ronnie Caryl

Guitariste, choriste


Né en 1953 à Liverpool, il débute en tant que Musicien professionnel avec le groupe Flaming Youth en 1969 avec son ami et partenaire Phil Collins, puis en 1970 ensemble ils auditionnent pour le groupe Genesis qui recherche un guitariste et un batteur. Ronnie ne sera pas pris malgré l’insistance de Phil Collins auprès des autres membres du groupe, car son style est trop blues. A partir de là, toujours liés par une amitié fraternelle, leurs chemins professionnels se croiseront à plusieurs reprises dans les années 70 et 80. En 1996, Ronnie deviendra membre officiel du groupe de Phil Collins en tant que guitariste rythmique et choriste.
Toutes ces années auront été jalonnées par une activité musicale intense avec des concerts de toute sorte dans de nombreux pays mais aussi la participation à des comédies musicales, des séries télé, des enregistrements d’albums pour d’autres artistes tels que David Hentschel, Eugene Wallace, Michel Polnareff, Lulu, Stephen Bishop, et bien sûr  Phil Collins. 
Il se produira durant cette période avec les plus grandes Stars du Rock mondial telles que Eric Clapton, Gary Brooker,Tina Turner, Lulu, Maggie Bell, John Otway et bien d’autres.
Musicien hors pair, il a décidé en 1995 avec sa famille de vivre en Charente-Maritime, une vie simple mais active, jouant souvent sous son propre nom ou pour d'autres artistes.

Fabrice Bony

Fabrice Bony

Compositeur, batteur, lithophoniste, guitariste


Rochefortais d'adoption, ce multi-instrumentiste, musicien chevronné et aussi musicien en scène pour Nino Ferrer, Ange, Dorothée Daniel, Rictus...), il a composé deux albums en solo (Between Day et Inner Lands) dans la lignée Rock Progressif et du Jazz Rock. Une de ses nombreuses sources d’inspiration est aussi la musique minimaliste (Steve Reich…) et le lithophone qu’il développe au sein du projet Spirales Ephémères depuis 2011. En 2015, il enregistre avec le compositeur Renaud Barbier la bande son du documentaire d’ARTE Quand Homo Sapiens faisait son cinéma. Puis il compose l’album Lithophonic (2016) entièrement consacré au lithophone. Il enregistre également en 2016 en tant que batteur avec la compositrice Béatrice Thiriet pour le film de Dominique Cabrera Corniche Kennedy. Fabrice Bony se produit en France, Islande et régulièrement avec le percussionniste japonais Tomoo Nagai dans le collectif de musique improvisée franco-japonais Luli depuis 2013 en France et au Japon. 

Bernard Giraudeau

Bernard Giraudeau
(1947-2010)

Acteur, réalisateur, producteur


Bernard René Giraudeau, né le 18 juin 1947 à La Rochelle, est un acteur, réalisateur, producteur, scénariste et écrivain français et mort le 17 juillet 2010 à Paris.
En 1963, à l'âge de 16 ans, il entre à l'École des apprentis mécaniciens de la flotte (Marine nationale). Il en sort premier un an plus tard. Il participe aux deux premières campagnes du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc. Il sera ensuite embarqué sur la frégate Duquesne puis sur le porte-avions Clémenceau avant de quitter la marine pour tenter sa chance en tant que comédien.
Il aura ainsi fait deux fois le tour du monde avec la Royale avant d'intégrer le Conservatoire en 1970. Il y décrochera le premier prix de comédie classique et moderne. Il fait ses premiers pas à l'écran avec Jean Gabin (Deux hommes dans la ville). En 1987, il passe de l'autre côté de la caméra en devenant réalisateur, tout en continuant à tourner comme acteur.
En 2000, il est atteint d'un cancer qui l'obligera a subir l'ablation du rein gauche, puis d'une métastase au poumon (2005), il est contraint de ralentir ses activités. Bernard Giraudeau comprend qu’il doit changer de vie. Il raconte aujourd’hui que le cancer lui a permis d’apprendre à se connaître. Il consacre depuis une partie de son temps à aider les malades en soutenant l'Institut Curie et l'Institut Gustave Roussy.
Dans les dernières années de sa vie, il se consacre avec succès à l'écriture. Son roman Les Dames de nage s'est classé 15e des ventes de romans en France en 2007 avec 117 000 exemplaires vendus, et ce avant sa publication en format de poche en 2008. Le 4 novembre 2009, il se voit décerner le Prix Mac Orlan pour Cher Amour, publié aux Éditions Métailié. Il n'a pas pu se rendre à la cérémonie pour raisons de santé.

J.L. Foulquier

Jean-Louis Foulquier
(1943-2013)

Homme de radio, animateur, comédien, producteur


Né et mort à La Rochelle, Jean-Louis Foulquier débute en 1966 au micro de France Inter. Après 43 ans de service, il est remercié en 1988. En 1985, il fonde Les Francofolies de La Rochelle qu'il dirige pendant vingt ans. Il devient occasionnellement acteur au cinéma et à la télévision dans des rôles secondaires. Il a consacré une importante partie de sa vie et de ses efforts à la chanson française et particulièrement en faveur des nouveaux talents, faisant découvrir de nombreux artistes au grand public. Il décèdera d'un cancer en 2013.

Michel Lis

Michel Lis (1937-2015)

Journaliste et animateur radio


Michel Lis, né le 1er février 1937 à Pamproux et mort le 9 juin 2015 dans le 13ème arrondissement de Paris, surnommé « Michel le jardinier » ou encore « moustaches vertes », est un journaliste et animateur de radio et de télévision français, connu pour avoir animé entre 1972 et 2005 la chronique "Michel le jardinier" sur France Inter. Il se retire à Saintes en 2004 et anime l'émission "Jardins de chez nous" sur France Bleu La Rochelle.

Jean-Max Rivière

Jean-Max Rivière

Auteur-compositeur


Auteur-compositeur, éditeur de musique, Jean-Max Rivière est moins connu que ses chansons. Et pour cause, elles ont été chantées par des noms plus que célèbres, Brigitte Bardot, Serge Reggianni, Dalida, France Gall, Juliette Gréco ou Françoise Hardy... Tous ses refrains sont dans les têtes « Il suffirait de presque rien, peut être dix années de moins, pour que je te dise je t'aime » « Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés, Qui l'eût cru déplorent la perte de l'été » ou encore « Un petit poisson, un petit oiseau s'aimaient d'amour tendre, mais comment s'y prendre quand on est là-haut... » Ou encore celle-là « Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
, Avec soleil et pluie comme simples bagages, 
Ils ont fait la saison des amitiés sincères, 
La plus belle saison des quatre de la terre... »

Hortense Dufour

Hortense Dufour

 

Née à Marennes en 1946, d'un père magistrat, elle a suivi sa famille aux Comores et à Madagascar où il a ensuite été nommé. D'où ce goût de la mer, des îles, de l'aventure qui ne l'a jamais quittée. Après des études à la Sorbonne, elle travaille aux services administratifs de l'université avant de se décider à écrire. Elle tient à alterner le monde de l'imaginaire avec celui de la biographie. Elle choisit dans l'histoire ou la littérature de préférence des personnages de femmes libres. Elle a appartenu au comité de lecture des éditions Laffont et écrit de nombreux articles pour Bayard Presse.

Gwenaëlle Alrique

Gwenaëlle Alrique


Auteure semussacaise inscrite à la charte jeunesse. Son premier thriller intitulé Jeu de meurtre est sorti en 2011.
Elle écrit aujourd'hui principalement des livres pour la jeunesse et anime des ateliers scolaires. 

P.A. Mageau

Pierre-Alain Mageau


Né à La Rochelle en 1949, Pierre-Alain Mageau a été psychanalyste pendant vingt ans, il s'est intéressé aux raisons qui entraînent l’individu à un passage à l’acte criminel. 
Auteur d’une quarantaine de romans policiers, il a travaillé avec son fils, réalisateur transmédia, à la réalisation d’un thriller interactif "Samaël", lancé sur le Web en 2015.
Du roman à énigmes au thriller, ses livres sont prétextes à la connaissance de l’être humain et au divertissement. Il goûte également aux livres jeunesse en mêlant le polar au fantastique. 

J.E. Machefert

Jean-Edmond Machefert


Lauréat du Salon International de la Recherche Photographique, réalisateur vidéo, animateur pendant dix ans d'une émission de jazz, créateur d’un site internet pour la défense du patrimoine local, ce Saintongeais de naissance a longtemps  “sévi” dans le monde de l’audiovisuel. Son premier roman, Oh Marylou, paraît en 1996. Il est suivi par beaucoup d'autres dont deux polars bien déjantés : Les amants du mort d'eau et Le jour de foire est arrivé. En 2003, il devient éditeur en créant La Sermazelle. En 2013, il revient au roman noir avec Royan Garden Blues.  

François Richet

François Richet


François Richet écrit depuis l’âge de 14 ans produisant de nombreuses nouvelles, trois romans, des feuilletons et pièces pour la radio…
Depuis 2005 il recueille les souvenirs des habitants de Charente-Maritime pour composer des livres et des vidéos de témoignages sur le passé contemporain des villes, agrémentés de nombreuses photos d’époque.

Madeleine Chapsal

Madeleine Chapsal


Née en 1925, Madeleine Chapsal est romancière, journaliste et dramaturge. Son père, Fernand, a été ministre et maire de Saintes pendant vingt ans. Avant d'être écrivain, elle fut d'abord journaliste, et collabora au journal Les Échos puis au journal L'Express jusqu'en 1978. En 1947, elle épouse Jean-Jacques Servan-Schreiber, participe à la création de L'Express avec lui et Françoise Giroud, puis elle divorce en 1960, mais reste très proche de lui. Au début des années 70, elle est renvoyée de L'Express par le rédacteur en chef.
C'est après une tentative de suicide qu'elle écrit son premier roman, "La Maison de Jade" qui remporte un énorme succès et la fait connaître en tant qu'écrivain.
Elle a été membre du jury du Prix Femina entre 1981 et 2006, avant d'en être exclue pour son jugement sur les grands prix littéraires, et spécialement sur l’attribution du prix Femina en 2005, paru dans son Journal d'hier et d’aujourd’hui. Elle est à l'origine des Marchés Romanesques de la ville de Saintes où elle possède une maison familiale et se rend régulièrement à l'Ile de Ré.

J.L. Fournier

Jean-Louis Fournier


Né en 1938, Jean-Louis Fournier est écrivain, humoriste et réalisateur. Il a choisi Saint-Nazaire-sur-Charente comme lieu de villégiature. Il fut le complice de Pierre Desproges en réalisant les épisodes de" La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède ", ainsi que les captations de ses spectacles au Théâtre Grévin (1984) et au Théâtre Fontaine (1986). 
En 2008, Jean-Louis Fournier publie le roman "Où on va, papa ?" dans lequel il décrit sa relation avec ses deux fils handicapés. Le livre, qui a reçu le Prix Femina, a suscité un certain nombre de controverses, et a provoqué une réponse de la mère des deux garçons.

Pierre Loti

Pierre Loti (1850-1923)


Julien Viaud de son vrai nom fut officier de marine, grand voyageur et surtout romancier. Son œuvre, souvent autobiographique, nous conduit en Turquie, au Sénégal ou au Japon. Il a aussi voyagé de l'Égypte à Tahiti en passant par l'Inde… Le cadre de ses romans n'a pas toujours été aussi exotique, avec Pêcheurs d'Islande il décrit la vie des pêcheurs bretons, Ramuntcho se situe au Pays Basque où il termine sa vie. Il devient riche, célèbre. À 42 ans, il est élu à l'Académie française contre Émile Zola. En 1872 il est à Tahiti où il tombe amoureux de quelques jolies Polynésiennes et reçoit de la reine Pomaré le surnom de Loti (nom d'une fleur tropicale), qu'il donnera par la suite à un de ses personnages avant d'en faire son propre pseudonyme d'écrivain. Il est mort à Hendaye. Après ses funérailles nationales en 1923, Loti est enterré selon ses indications dans le jardin des Aïeules, ses tantes, dans l'île d'Oléron, où il jouait petit. En 1925, son fils Samuel publie son journal intime.
Il passera sa vie à sillonner le monde en bateau, avec de longs repos à son port d'attache familial de Rochefort, qu'il embellit de collections d'objets achetés ou volés. L'écrivain organisait des fêtes mémorables dans sa maison natale de Rochefort, aménagée en conséquence. Se mettant lui-même en scène, il transforma la bâtisse en un lieu théâtral où furent conviés quelques grands noms de son époque. Les styles Gothique, Renaissance, Orientaux et Extrême-Orientaux s'y côtoient. Il en demeure aujourd'hui une maison remplie de magie et d'exotisme. Cette maison est fermée car elle fait l'objet d'une longue restauration mais une visite en 3D est possible au Musée Hèbre de Rochefort.

Georges Simenon

Georges Simenon
(1903-1989)


Ecrivain belge francophone, Georges Simenon est un romancier d'une fécondité exceptionnelle. Dans son oeuvre, on retrouve trente-quatre romans et nouvelles qui se situent ou évoquent La Rochelle. Il découvre la ville en 1927 alors qu'il y passe ses vacances à l'île d'Aix. De 1932 à 1936, il s'installe à la Richardière, une gentilhommière du XVIè siècle, à Marsilly. En 1938, il achète "une simple maison des champs" située à Nieul-sur-Mer. Dans Le Haut Mal (publié en 1933), l'intrigue se déroule principalement à Nieul. Pendant toute la guerre, entre 1940 et 1945, Simenon a continué à vivre en Vendée et en Charente- Maritime. Lors de cette période, Simenon, qui n'est plus libre de ses mouvements, écrit énormément, vingt romans dont seulement trois Maigret. Parmi eux de nombreux chefs-d'œuvre et paradoxalement, dans l'intrigue de ses romans, la grande présente c'est la Charente Maritime, décrite comme "une région lumineuse, impressionniste, où la mer rejoint la terre. Un plat pays".
La vision ambiguë que Simenon avait de la région et de la bourgeoisie locale a quelquefois offusqué ses habitants. Toutefois en 1989, la ville lui a rendu hommage, de son vivant, en baptisant du nom de Georges-Simenon le quai situé en face du bassin des Grands Yachts. Déjà très malade, il n'a pu faire alors le déplacement. 

Narcejac

Thomas Narcejac
(1908-1998)

[Boileau-Narcejac]


Maîtres incontestés du roman « noir » et virtuoses du suspense, Boileau et Narcejac ont formé, à partir de 1948, le duo légendaire de la littérature policière française. Ils nous ont laissé de nombreux romans dont la plupart ont donné lieu à des adaptations cinématographiques et télévisées. La réussite incontestable de l’ensemble de leur œuvre s’appuie sur une véritable osmose entre les deux hommes, une immense complicité donnant naissance à une énergie créative puissante, Boileau assurant l’intrigue des romans et Narcejac pourvoyant à la psychologie de ses personnages.
Thomas Narcejac est né à Rochefort en 1908. Les deux auteurs se rencontrent en 1948 à l'occasion d'un dîner en l'honneur de Narcejac qui vient de remporter le prix du roman d'aventures pour La mort est du voyage. Pierre Boileau a lui-même reçu la même distinction dix ans plus tôt pour Le Repos de Bacchus. Leur conversation est très animée, leur entente, parfaite. Dès ce jour, ils conviennent d'écrire ensemble quelque chose de différent. Quelque chose qui laiss[erait] sa chance au roman-roman, c'est-à-dire au jeu des personnages, car ils semblent toujours bien étranglés dans le roman policier « classique ». C'est le début de leur association. Ils sont auteurs de romans policiers, dont certains ont donné lieu à des adaptations cinématographiques par Henri-Georges Clouzot (Les Diaboliques tiré du roman Celle qui n'était plus) et Alfred Hitchcock (Sueurs froides adapté du roman D'entre les morts). Ils ont aussi participé au scénario de Les yeux sans visage de Georges Franju en 1966.
Dans les années 1970, ils reçoivent l'autorisation des héritiers de Maurice Leblanc pour concevoir, sous forme d'habiles pastiches, de nouvelles aventures à son héros Arsène Lupin.
Leur fructueuse collaboration prend fin en 1989 par le décès de Pierre Boileau. Thomas Narcejac continue un temps seul, avant de disparaître à son tour en 1998.

Emile Gaboriau

Emile Gaboriau
(1832-1873)


Né à Saujon, Emile Gaboriau est un écrivain français qui fut considéré comme le père du roman policier. Il exerça divers métiers : clerc d'avoué, hussard en Afrique, chef d'écurie. Il s'engagea dans la cavalerie pour sept ans, mais résilia son contrat rapidement pour gagner Paris, où il rédigea des chroniques pour gagner sa vie. Il devint le secrétaire de Paul Féval qui lui fait découvrir le journalisme. Son premier roman, L'affaire Lerouge (1866) connut un immense succès. On y voit l'apparition de Lecoq, agent de la sécurité qui deviendra un commissaire célèbre. 
Après le succès de L'Affaire Lerouge, il travailla comme feuilletoniste au Petit Journal. En 1872, il montera avec Jules-Émile-Baptiste Holstein un drame théâtral tiré de L'Affaire Lerouge. Monsieur Lecoq fut adapté au cinéma par Maurice Tourneur en 1914. Le roman de Gaboriau a aussi été porté au petit écran dans une adaptation titrée Monsieur Lecoq qui fut diffusée par la Société Radio-Canada en 1964 et 1965.

Agrippa d'Aubigné

Agrippa d'Aubigné
(1552-1630)


Né à Pons, poète et historien français Théodore Agrippa d’Aubigné perd sa mère en venant au monde, c’est pour cette raison qu’il se prénomme Agrippa du latin aegre partus (accouchement difficile).
Calviniste intransigeant, il soutient sans relâche le parti protestant, se mettant souvent en froid avec le roi Henri de Navarre, dont il fut l'un des principaux compagnons d'armes. Après la conversion de celui-ci, il rédigea des textes qui avaient pour but d'accuser Henri IV de trahison envers l'Église. Chef de guerre, il s'illustra par ses exploits militaires et son caractère emporté et belliqueux. Ennemi acharné de l'Église romaine, ennemi de la cour de France et souvent indisposé à l'égard des princes, il s'illustra par sa violence, ses excès et ses provocations verbales.
Refusant tout compromis, d’Aubigné est contraint de quitter la France en 1620, après la condamnation de son Histoire universelle depuis 1550 jusqu’en 1601 par le Parlement. D'Aubigné se retire alors à Genève, où est publié l’essentiel de ses œuvres.

Agrippa d'Aubigné

En Cours de Root


C’est en avril 2005 que la formation au complet monte sur les planches de La Maline, à l’occasion d'un Tremplin Musical.
Se composant au hasard des rencontres et des envies, En Cours De Root c'est une cascade rythmique d'acrobates électro-acoustiques en provenance de La Rochelle.
Une musique enjouée, cuivrée, teintée d'influences de toutes horizons, toujours énergique, parfois poétique. Ces multi-instrumentalistes vous surprendront par la fraicheur de leurs textes, la vivacité de leurs chansons imprègnées de la personnalité musicale et de l’énergie de chacun de ses membres.

Les Crogs

Les Crogs


Formation musicale atypique des vertes Charentes, Les Crogs écument les lieux de spectacle depuis 1996.
C’est en puisant dans les mélodies d’autrefois que ces musiciens professionnels réarrangent les chansons pour offrir une musique novatrice, alliant modernité et dynamisme, un cocktail world actuel où les marins se mettent à danser, les braves gens à chanter, et les enfants à s'amuser.
Fort d'une expérience de plus de 1000 concerts, les Crogs, armés de divers instruments défendent leur musique conviviale et festive pour vous transmettre le bonheur qu’elle leur procure.
Gens du spectacle, ils vous embarquent par leur mélodies endiablées dans un univers de magie où les cœurs et les corps s'entrainent dans une folle farandole.

Compagnie Bohemia

La Compagnie Bohemia


Bohemia propose un répertoire instrumental, dynamique de musique du voyage. Du Traditionnel de l'est, en passant par les valses gitanes jusqu'à la biguine et tarentelle.... Grande osmose entre les musiciens... Le partage et la convivialité sont les principales qualités de ce groupe.
La formation se déplace dans toute la France et anime toutes les manifestations artistiques (festival, fêtes associatives, établissements scolaires, vin d'honneur, anniversaires, séminaires, concerts privés).

20

-20-


-20- c'est le mélimélo textuel et mélodique de Vincent Michaud, un saltimbanque parti en 2014 de La Rochelle pour aboutir à Katmandou avec son combi VW. Une aventure d’un an à l’issue de laquelle il a composé un disque de quatre titres, comme une façon de poursuivre ce voyage au travers ses émotions et ses interrogations.
Constitué à l’été 2015 autour de musiciens qui sont pour la plupart des amis d’enfance, -20- s’est lancé dans l’aventure sans trop se soucier des codes dictés par « l’industrie du disque » et en décidant avant tout jouer une musique influencée par les groupes de chanson française (VRP, les Innocents,  La Tordue) qui plaisaient depuis toujours à son membre fondateur Vincent.
Il chante avec Marie qui apporte un ersatz d’esprit latino et décalé aux textes français. Le duo est porté par le mélange surprenant des percussions exotiques (congas, cajon, balafon, djembé) de Damien, l’accordéon tango de Malou et la basse tout en rondeur d’Antoine.
-20- a l’envie viscérale de jouer, de composer… et de progresser encore 20 fois plus !

L'Azile

L'Azile


Fondé en 2000 et dirigé par Marc Bassier, ce café-théâtre se démène pour vous faire découvrir les talents de demain dans une ambiance bon enfant où l'humour omniprésent rime avec intelligence. Seul véritable café-théâtre de La Rochelle, son ambiance, son accueil, l'intimité et la proximité de son espace scénique, son bar, sa petite restauration, ses expositions en font depuis plus de quinze ans une véritable institution où l'on vient prendre un verre ou dîner avant de profiter d'un des nombreux spectacles proposés tout au long de la saison. Comédies, one-man-show et même de la musique, il y en a pour tous les goûts. Une exigence professionnelle qui a permis de gagner un pari osé : devenir l'une des salles de spectacle les plus fréquentées de La Rochelle. N'hésitez pas à y aller, j'y suis pensionnaire !

Coyotte Minute

La Compagnie Coyotte Minute


Née à Saintes en 2008 du désir de Bruno Soulet, artiste de rue hyperactif, la compagnie se produit dans des spectacles de rue ou en salle.
<< Les spectacles sont populaires et de qualité alliant poésie, humour, musique et décalage. Les spectacles sont décapants, dérangeants, ils donnent des choses et du monde une vision par l’autre bout de la lorgnette. La folie douce et la dérision sont de rigueur. Les personnages sont authentiques, humains, rustres et criants de vérité. De la tendresse qu’ils inspirent naît une poésie subtile, humble et délicate. Le contact et la proximité avec le public sont souhaités voire recherchés.
La bonne humeur, la joie, le rire, la jovialité, la convivialité sont les vecteurs privilégiés d’une expression artistique différente, d'une utopie appliquée, d’une véritable comédie humaine.>> Voilà ce qu'en dit lui-même Bruno Soulet. 

Compagnie Torrent Ciel

La Compagnie Torrent Ciel


Créée en 2005, la Compagnie théâtrale Torrent Ciel, implantée à Saintes, propose des spectacles burlesques musicaux tout public, du théâtre de rue et des spectacles pour enfants (contes, chants, marionnettes ...).

Creton'ART
Créton'ART


Les créations de cette compagnie née en 2001 basée à Saint Sauvant, telles "Bois Ta Lettre", l’ont conduite à jouer en France, Belgique, Suisse et jusqu’au Canada. Ces voyages artistiques ont développé l’empathie envers les territoires et le sens de l’interactivité avec les populations. La création "Les Allumettiers", conférence sur la maîtrise du feu, est interactive et démonstrative. "Rêve Toujours" mêle l'installation et le travail sur les mots pour inviter le public à partager ses rêves. Pour faire vivre ses valeurs et ses imaginaires, la compagnie construit des relations privilégiées avec les habitants, les commerçants, les municipalités et les écoles, et s’est engagée dans une dynamique culturelle alliant savoir-faire et savoir-être, pour plus de partage et plus de culture.

Compagnie Torrent Ciel

La Compagnie aLumeCiel


La compagnie aLumeCiel s’est créée à La Rochelle en 2006 grâce au soutien du conseil régional Poitou-Charentes. Née de la rencontre de Clémentine Mallein et Lucie Malbosc et de leurs affinités autour des musiques et danses du monde, et de leur envie de créer des spectacles à destination du jeune public, cette compagnie crée et diffuse nationalement des spectacles familiaux intelligents, esthétiques, ludiques et poétiques.

Le Mouton Noir


A mi-chemin entre Saintes et Rochefort, dans un cadre champêtre au sein d'une ancienne bâtisse, existe un lieu de divertissement, dédié à la musique, à la gourmandise et à la convivialité. Servant autrefois de grange et d'étable dans la ferme de son grand-père, le propriétaire, Rémi Boursicot a entièrement tout repensé et reconstruit en bois selon la pure tradition des pubs irlandais. Trois niveaux, scène intérieure et extérieure, deux billards, espace de détente pour les grands et les petits. Des concerts de jazz et blues ont lieu tous les quinze jours. Ouvert tous les vendredis et samedis, ce pub peut être loué pour anniversaires, fêtes ou autres événements.

le Strass

Le Strass


L'un des plus grands cabarets du Poitou-Charentes, situé à Périgny près de La Rochelle, présente sa nouvelle revue Symphony'. Concept et rythme entièrement revisités pour cette 5ème édition. Outre les tableaux de plumes d’une délicieuse légèreté, les défis du transformiste et les chanteuses, de très nombreuses nouveautés, de la magie, de l'illusion ... et toujours de l'humour… ! Pour passer une agréable soirée, différentes formules sont proposées.

Zagal Cabaret

Le Zagal Cabaret


Le Poitou-Charentes dispose désormais d’un lieu unique en son genre : le Zagal Cabaret Equestre. Pouvant accueillir jusqu'à 250 convives et 350 spectateurs, ce restaurant-spectacle associe l’art équestre et la cuisine raffinée. Après le grand spectacle de la Palmyre présenté l’été pendant 15 ans devant plus de 90 000 spectateurs, son créateur Franck Sainte-Marie a décidé de proposer tout au long de l’année un grand show indoor. 
En collaboration avec son complice de toujours, Dominique Coynault, artiste équestre, ils mettent en scène plus de 30 chevaux et une équipe de 20 personnes.

Claude Caillé

Claude Caillé (1931-2011)

Créateur du Zoo de la Palmyre


Né à Rochefort, Claude Caillé a été rendu célèbre par l'une de ses plus belles créations : le Zoo de la Palmyre, qui a ouvert ses portes en 1966, et qui est aujourd'hui le premier parc zoologique privé de France et l'un des plus renommés d'Europe. Fils d'un vendeur de journaux, il commence à travailler avec son père dans ce milieu modeste dès l'âge de 14 ans. Passionné par les animaux, dans les années 60, il décide de partir en Afrique pour y chercher des animaux. Après un séjour chez les Pygmées, il ramène du Cameroun des gorilles et des chimpanzés. Il part ensuite au Kenya où, aidé par les Kikuyus, il capture zèbres, antilopes et girafes, mais n'a pas suffisamment d'argent pour payer les taxes et le transport des bêtes. Il rentre alors en France bredouille, mais revient trois mois plus tard avec l'argent nécessaire. Malheureusement, les animaux confiés à son équipe ont entre-temps disparu, tués par les Kikuyus. Claude Caillé reprend alors la route et les tournées scolaires pendant trois ans.
De retour au Kenya, il s'associe cette fois avec Carr-Hartley qui capture et fournit des animaux aux zoos du monde entier. Cette fois l'opération réussit, et il revient alors en France avec un cheptel d'animaux exotiques, et s'installe à La Palmyre, au cœur d'une forêt de pins maritimes et de chênes verts, tout proche des plages de l'Océan Atlantique.
En juin 1966, le zoo ouvre ses portes avec 60 animaux sur 3 hectares. À la fin du mois d'août, le parc enregistre déjà 129 500 visiteurs. Le succès allant grandissant, le zoo n'a cessé de s'agrandir, de s'embellir et d'accueillir de nouveaux arrivants, jusqu'à arriver à 1 600 animaux aujourd'hui.
Il est devenu au fil du temps le parc zoologique privé le plus visité de France avec près de 750 000 visiteurs chaque année, l’un des plus renommés d’Europe et un élément phare du patrimoine de la région Poitou-Charentes. A près de quarante ans d’existence, toujours en constante évolution, le parc de La Palmyre, qui emploie plus d'une cinquantaine de personnes à l’année et autant de saisonniers, est resté une entreprise familiale.
Claude Caillé a pris sa retraite en octobre 2005, laissant sa place à son fils Patrick.

Colette Besson

Colette Besson (1946-2005)

Championne olympique


Née à Saint-Georges-de-Didonne, Colette Besson était une athlète française. En 1968, elle remporte la médaille d'or du 400 mètres lors des Jeux olympiques de Mexico. À l'issue de sa carrière sportive en 1977, Colette Besson rejoint son mari Jean-Paul Noguès au Togo comme entraîneur de l'équipe nationale d'athlétisme. Enfin elle est professeur d'EPS à la Réunion et à Paris. Elle décède en 2005 des suites d'un cancer du poumon. En 2006, la ville de La Rochelle a fait réaliser une sculpture en son hommage par l'artiste plasticienne Véonique Selleret. De nombreux stades ou complexes sportifs portent son nom.

Goulebenéze

Goulebenéze (1877-1952)

Barde saintongeais


Marc-Henri Evariste Poitevin dit Goulebenéze, est né à Burie. Son pseudonyme (toujours écrit avec un accent aigu) évoque le Saintongeais dont les propos ne sont jamais si pertinents que lorsqu'il a la « goule bien aise », ce qui signifie en patois charentais avoir la figure réjouie de l'épicurien. La notoriété de cet auteur reste aujourd'hui encore particulièrement vivace en Charente et Charente- Maritime. Ses oeuvres -souvent écrites en saintongeais- sont aujourd'hui considérées comme faisant partie du patrimoine local régional (Poitou-Charentes et Aquitaine). Malgré cela, il finit sa vie dans le plus grand dénuement et s'éteint à Saintes où il est inhumé.

Jules Dufaure

Jules Dufaure (1798-1881)

Homme politique français


Né à Saujon, Jules Dufaure est un homme politique français, d'orientation libérale, plusieurs fois ministre.sous la Monarchie de Juillet, la Seconde puis la Troisième République. Proche collaboteur de Thiers, il entre avec lui en farouche opposition au ministère Molé. En 1839, il entre au ministère Soult comme ministre des Travaux Publics.
En 1842, il est nommé il est nommé vice-président de la Chambre des députés avec l'appui du gouvernement ; il est renommé en 1845, mais cette fois grâce à l'appui de l'opposition. Il est rapporteur de la loi sur les chemins de fer de 1842 et joua un rôle déterminant dans le vote de la loi qui créa un tracé général de six lignes partant de Paris.puis devint maire de la ville. 
Il accepte la proclamation de la République après la Révolution de 1948 et devient ministre de l'intérieur. Député modéré il devient ministre de la justice en 1871 puis président du Conseil en 1876. Enfin il est nommé sénateur en août 1876. Mais endeuillé par la disparition de son épouse et âgé de 80 ans à la fin de l'année 1878, Dufaure préfère se retirer lors de la démission de Mac Mahon en janvier 1879, à la suite de l'ultimatum posé concernant les nominations dans le domaine militaire en particulier.

Champlain

Samuel de Champlain
(1567-1635)

Navigateur et cartographe royal


Samuel de Champlain, navigateur, cartographe royal, explorateur, diplomate, est né à Brouage en 1567. Lors de sa deuxième expédition en Amérique du Nord, en 1608, il fondera la ville de Québec et jettera les bases de la "Nouvelle France". Il y mourra le 25 décembre 1635. Champlain effectue sa première traversée de l'Atlantique en 1599 vers l'Amérique centrale. Il y séjourne trois ans. Revenu en France, il repart en 1603, pour la première fois en direction du nord du continent, où il remonte le Saint-Laurent avec l'intention d'y établir, au nom du royaume, une colonie. Samuel de Champlain y passera les dernières années de sa vie, avec un but : assurer le peuplement de Québec. Il aura réalisé au total près de vingt voyages entre la France et le Nouveau Monde. Inaugurée en 2004 à Brouage, la Maison Champlain représente un lieu de mémoire et de rencontre. La consultation d'informations numérisées sur Champlain, la Nouvelle France, et plus largement sur les relations qui unissent les deux rives de l'Atlantique y est proposée. Les visiteurs sont également conviés à découvrir l'exposition permanente "Champlain, une aventure saintongeaise en Amérique".

Guillotin

Joseph Ignace Guillotin
(1738-1814)

Etait-il vraiment l'inventeur de la guillotine ?


Né à Saintes, Guillotin fut un médecin et homme politique français. Il est connu pour avoir fait adopter, à la Révolution française, la guillotine comme mode unique d'exécution capitale.
Issu d’une famille de treize enfants, Joseph Ignace Guillotin, ancien élève des Jésuites de Bordeaux, fut d’abord le médecin attitré de Monsieur, le frère du roi Louis XVI. Il côtoya les plus grands noms comme Voltaire ou Condorcet. Il rédigea entre autres la pétition des citoyens domiciliés à Paris (10 décembre 1788) qui réclamait en outre la liberté de la presse. L’homme devint enfin député de Paris lors des Etats Généraux de 1789 et secrétaire de la Constituante.
Il doit cependant sa célébrité à l’invention de la terrible guillotine. Le véritable inventeur en fut pourtant le Docteur Louis mais Guillotin s’en fit le défenseur acharné quand il comprit que la lame tranchante et fulgurante pouvait faire moins souffrir les suppliciés que la hache, le sabre, la roue, le bûcher ou le chaudron ! Sa démarche était donc, finalement, humanitaire avant tout.

Dugua de Mons

Pierre Dugua de Mons
(vers 1560-1628)

Colonisateur de la Nouvelle France


Né à Royan vers 1560, Pierre Dugua de Mons appartient à une riche famille réformée Saintongeaise. Dès sa jeunesse, il prend part aux guerres de religion contre la ligue catholique et soutient le futur Henri IV. En 1604, il devient le fondateur de l'Acadie : secondé par Samuel Champlain, il crée les bases d'une colonie française au Canada. Il sera Gouverneur de Pons, de 1610 à 1617. Il meurt en 1628 au château d'Ardenne à Fléac-sur-Seugne (Charente-Maritime). Le 3 juillet 2007, la ville de Québec érige un imposant monument sa mémoire. Enfin, à l'occasion du 400ème anniversaire de Québec, l'historien Marcel Trudel affirme que sans Dugua de Mons, la fondation de la ville aurait été impossible.

Jean Guiton

Jean Guiton (1585-1654)

Homme politique, armateur et militaire français


Né à La Rochelle, Jean Guiton a exercé la profession d’armateur, puis devint maire de la ville. 
Lors du siège de La Rochelle, ordonné par Louis XIII et commandé par Richelieu, Jean Guiton oppose une résistance énergique aux troupes de Louis XIII. A la capitulation de la cité, il dut s’exiler. Par la suite, Richelieu lui donna un commandement dans la flotte royale et il combattit les Espagnols.
Après une existence tourmentée, Jean Guiton s’éteint dans son domaine de Repose Pucelle (actuelle commune de La Jarne) et le registre des décès des protestants porte cette simple mention : « 15 mars 1654. Jehan Guiton escuyer, sieur de Repose-Pucelle, âge de 69 ans ou environ, a été enterré ». Son inhumation eut lieu dans un petit cimetière situé près du rempart du front ouest de la ville.
Tout comme de nombreux notables rochelais, Jean Guiton fut un huguenot et véritable figure du protestantisme du XVIIème siècle.

Réaumur

Réaumur (1683-1757)

Physicien et naturaliste français


De son vrai nom René-Antoine Ferchault de Réaumur, il est né à La Rochelle. Admis à l'Académie des sciences en 1708 grâce à un mémoire de géométrie, il s'intéresse avec persévérance aux développements des arts et métiers. Aussi, l'Académie le charge de diriger l'édition de la Description générale des Arts et Métiers. Puis, suivant pas à pas les prgrès de la métallurgie, il fonde les bases de la siddérurgie dès les années 1720. L'étude de la température lui permet de proposer vers 1730–1731 un modèle de thermomètre à alcool sur une ligne de 80 parties égales entre la température de congélation de l'eau et la température d'ébullition de l'eau. Ses travaux sur la régulation thermique lui ont permis de mettre au point un incubateur artificiel nommé "four à poulets" ainsi qu'un moyen de conserver les œufs par enduction d'un corps gras en 1753. Il a rédigé un volumineux ouvrage de mémoires sur l'entomologie. Il est aussi l'un des précurseurs de l'éthologie, soit l'étude des comportements animaliers. Il se passionne également pour l'étude des invertébrés aquatiques et aériens. Réaumur constitue un très riche cabinet de curiosités où il tente, non seulement d'obtenir un exemplaire de chacune des espèces, mais surtout d'avoir des informations sur son habitat et ses mœurs. Pour Réaumur, le cabinet n'est pas un lieu simplement voué à l'entassement des collections mais doit être avant tout un outil scientifique à part entière. Son cabinet est l'un des plus riches d'Europe. À sa mort, Buffon réussit à obtenir ses collections et à les intégrer dans le Cabinet du roi, dépendant du Jardin du roi, bien que Réaumur les ait léguées à l'Académie.

Bernard Palissy

Bernard Palissy (1510-1589)

Potier, émailleur, peintre, artisan verrier, écrivain et savant français


Originaire d'Agen, Bernard Palissy s’est très vite intégré à sa nouvelle patrie, la Saintonge. Installé à Saintes, il joue les apprentis sorciers et parvient à découvrir le secret de l’émail à chaud après seize années de recherches, de découragements et de sarcasmes. Contraint à brûler successivement les barrières de son jardin puis son mobilier et enfin le plancher de sa maison pour entretenir son fourneau, il devient la cible de toute la ville. Les accusations pleuvent, on parle de folie, on l’accuse même de fabriquer de la fausse monnaie ! Pour Palissy qui n’a jamais été aussi près du but, c’est le discrédit.
Ayant de plus opté pour des idées réformistes, il se sent menacé jusque dans ses convictions et préfère émigrer pour un temps à La Rochelle où il met sa famille à l’abri et se sent lui-même plus en sécurité.
Mais les relevés de plans qu’il effectue dans les marais  et sur le littoral pour gagner sa vie et nourrir ses nombreux enfants, lui manquent. Il revient sur Saintes, région de tradition potière depuis le Moyen Age et s'initie à l'art de la céramique, tout en reprenant ses activités de métreur-arpenteur qui ont le double avantage de le faire vivre et de lui permettre de garder contact avec la nature. Il herborise, toujours poussé par une immense curiosité, cherchant fossiles et oursins, attentif à la flore et à la faune qui lui servent de modèles pour ses plats.
Sa persévérance est bientôt récompensée et Palissy connaît enfin son heure de gloire quand Catherine de Médicis, de passage à Saintes en 1565, remarque son talent. Malgré leurs religions opposées, elle l’invite à venir travailler à Paris. Il devient « Maître Bernard des Tuileries » et les célèbres jardins seront ornés de sa main.
Après cet épisode qui lui apporte la notoriété, Palissy échappe de peu au massacre de la Saint-Barthélémy. Une nouvelle fois, il se voit contraint à la fuite. C’est ainsi qu’on le retrouve quelques temps plus tard à Sedan, plus fidèle que jamais à sa foi, tenant des conférences sur ses découvertes de fossiles en Presqu’île d’Arvert.
Il ouvre un cours mais l’un de ses « amis » réformistes dénonce son appartenance à la religion protestante. Palissy se cache mais il est capturé, arrêté puis emprisonné à la Bastille. Henri III lui promet la liberté en échange d’un renoncement à sa religion mais le vieux potier, honnête, refuse avec fermeté. Pris de fièvre, il meurt à l’âge de 80 ans, sur son lieu de détention. Et l’on dit même que son corps est jeté aux chiens, sur les remparts de la Bastille…