Histoires horribles

Ames sensibles s'abstenir !

 

La petite Nathalie, 7 ans, est dans le jardin en train de remplir un trou. Lorsque le voisin l'aperçoit par-dessus la clôture :
« Que fais-tu là Nathalie ? »
Elle lui répond, sans lever la tête, que son poisson d'aquarium est mort et qu'elle l'enterre.
Le voisin quelque peu curieux lui dit : « C'est un très gros trou pour un petit poisson ne crois-tu pas ? »
A ce moment, Nathalie termine la dernière pelletée en la tapant délicatement et lui répond :
« C'est parce qu'il est à l'intérieur de ton putain de chat. »

Si c'est trop horrible, arrêtez là !

 

Un petit enfant, sans bras, est à la piscine avec sa classe. Quand le maître nageur demande à la classe qui sait nager, le petit répond :
- Moi Monsieur, Moi Monsieur !
- Mais, mon petit, ne dit pas de bêtises ...
- Si, si Monsieur ! ...
Et le petit saute dans l'eau pour prouver ses dires. Une fois dans l'eau, il arrive à nager et se débrouille même plutôt bien. De retour sur le bord, le maître nageur lui demande :
- C'est bien mon petit, mais qui t'a appris à nager ?
- C'est mon Papa, toutes les semaines, il m'amène à la mer et me jette dans l'eau, il faut que je revienne à la nage.
- Et c'est pas trop dur ?
- Non, le plus dur, c'est d'arriver à sortir du sac en plastique.

Toujours là ? Alors, on continue !

 

A l'école, la maîtresse demande aux élèves de raconter un événement inhabituel qui leur est arrivé récemment. Plus tard elle demande à quelques élèves de lire leur texte.
Arthur se lève et commence :
La semaine dernière, papa est tombé dans le puits au fond du jardin.
Doux Jésus, s'exclame le maîtresse, il va bien au moins ?
Je suppose répond Arthur. Il a arrêté d'appeler à l'aide hier."


Quelques jours après la rentrée des classes, on procède à la traditionnelle photo. La semaine suivante, l'institutrice essaie évidemment de persuader les enfants d'en acheter une chacun.
« Pensez à l'avenir, vous serez bien contents dans quelques années, quand vous serez grands, de vous dire en regardant la photo. Tiens, là c'est Julie, elle est médecin maintenant ou encore là c'est Kévin, il est ingénieur et là c'est Amélie, elle est manucure... »
A ce moment une petite voix se fait entendre du fond de la classe :
« Et là c'est la maîtresse Mme Planchon, elle est morte ! »

Allez ! La dernière, la pire !

 

C'est un bus qui transporte des handicapés et les handicapés chantent au chauffeur :
- "Ami chauffeur, ami chauffeur, si t'es champiooooon, appuiiiiie sur le champignoooooon."
Alors le chauffeur pour leur faire plaisir accélère à 110.
Et les handicapés reprennent :
- "Ami chauffeur, ami chauffeur si t'es champioooooon, appuiiiiie sur le champignoooooon."
Alors le chauffeur pour leur faire plaisir accélère à 130.
Et les handicapés reprennent :
- "Ami chauffeur, ami chauffeur si t'es champioooooon, appuiiiiie sur le champignoooooon."
Alors le chauffeur pour leur faire plaisir accélère à 150, et PAF ! L'accident. Le chauffeur est gravement accidenté.
Alors les handicapés chantent :
- "Il est des nôôôôôtreees..."


Allez puisque vous insistez, en voila encore une !

 

M. Tremblay apprend que sa femme vient d'avoir un terrible accident.
Il accourt à l'hôpital et demande pour la voir. On lui répond que le Dr. Carter s'occupe de son dossier et qu'il viendra le rencontrer dans une quinzaine de minutes afin de faire le point sur l'état de santé de son épouse.
Lorsque le docteur entre dans la salle d'attente, il aperçoit M.Tremblay complètement paniqué. Le Dr. Carter s'assoit à ses côtés et lui dit :
« Les nouvelles ne sont pas très bonnes, M. Tremblay. Votre femme a eu un accident de la route et sa colonne est fracturée à deux endroits.
- Mon Dieu, répond M. Tremblay. Remarchera-t-elle un jour ?
- J'ai bien peur que non. C'est inopérable. Vous devrez vous en occuper jusqu'à la fin de ses jours. Vous allez devoir la nourrir chaque jour. »
L'époux se met alors à pleurer.
« Ce n'est pas tout, vous allez devoir la retourner dans son lit toutes les deux heures afin d'éviter d'autres complications. »
L'époux n'en peut plus, il est alors incapable de s'arrêter de pleurer.
- « Et évidemment, vous devrez changer ses couches car elle n'a plus le contrôle ni de sa vessie ni de ses intestins. Vous devrez les changer environ 6 fois par jour. »
M. Tremblay ne se contrôle plus et perd momentanément le nord. Il devient hystérique et se prend la tête à deux mains. C'est à ce moment que le docteur lui pose une main sur l'épaule et lui dit :
- « Je rigole, elle est déjà morte !"

Ah, j'allais oublié la der de der : pédagogie à l'ancienne !

 

Dans une école de Lyon, la directrice a été confrontée à un problème particulier.
Plusieurs filles de CM2, qui commençaient à utiliser du rouge à lèvres, l’appliquaient dans les toilettes de l’école.
Jusque-là, pas de problème, mais après l’application, elles  laissaient une empreinte, avec leurs lèvres, sur le miroir.
Le miroir se retrouvait donc avec des douzaines de petites empreintes de rouge à lèvres.
Tous les soirs, le concierge les enlevait, et le lendemain, les filles embrassaient de nouveau le miroir.
Face à cette situation, et afin de corriger ce problème grandissant, la directrice convoqua le concierge et les filles concernées dans les toilettes.
Elle leur expliqua que les empreintes causaient beaucoup de travail au concierge qui devait nettoyer le miroir tous les soirs.
Afin de démontrer l’ennui que les marques causaient, elle demanda au concierge de faire une démonstration des difficultés qu’il avait à nettoyer le miroir.
Celui-ci prit une éponge, la trempa dans une cuvette de WC et nettoya le miroir.
Depuis, aucune empreinte n’est réapparue sur le miroir...